A la Une de l’actualité sur les Droits des Femmes et des Familles du 27.03.18, le projet de loi renforçant la lutte contre les violences sexuelles et sexistes.

« La garde des Sceaux, ministre de la Justice, et la secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, ont présenté le projet de loi renforçant la lutte contre les violences sexuelles et sexistes lors du Conseil des ministres du 21 mars 2018. Afin d’améliorer la répression de ces violences, dont continuent d’être aujourd’hui trop massivement victimes les femmes et les enfants, ce projet de loi, fruit d’un long travail de concertation, modifie en particulier l’arsenal législatif de lutte contre les violences sexuelles et sexistes. Dans un communiqué de presse mis en ligne sur notre site, le secrétariat d’État rappelle que le texte est composé de cinq articles dont il précise les grandes lignes. Le projet de loi répond aux enjeux posés par le président de la République et le Tour de France de l’Egalité. Le gouvernement a engagé le 22 mars la procédure accélérée sur le texte qui a été mis en ligne sur le site de l’Assemblée nationale. Retrouver le dossier législatif. »

 

Retrouvez toute l’actualité de ce 27 Mars 2018 grâce à la veille de l’Actualité de la DGCS – Service des Droits des Femmes et de l’Egalité entre les Femmes et les Hommes.

À la une : Le 15 mars, le portail du Service public a mis en ligne un sujet titré « Publicités sexistes, dégradantes… : comment et à qui se plaindre ? ». Le site rappelle les démarches en ligne, gratuites et pour n’importe quel support et secteur. Nous reprenons et complétons ci-dessous.

Dénoncer le sexisme, les images dégradantes et les stéréotypes de genre

Tout particulier, association ou administration peut déposer une plainte contre les publicités sexistes, homophobes ou racistes devant le Jury de déontologie publicitaire (JDP) de l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP) en remplissant le formulaire en ligne.
S’il s’agit d’un programme ou d’une publicité diffusés à la télévision ou à la radio, présentant un caractère sexiste ou dégradant, il est indiqué de procéder à un signalement devant le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) grâce au formulaire en ligne.
Il est recommandé d’informer parallèlement les Chiennes de garde, association qui mène un travail spécifique sur le sexisme publicitaire, sur leur formulaire de contact.
Les différents signalements doivent être faits en même temps pour renforcer leurs effets. Dans tous les cas, la large diffusion d’un contenu sexiste aux partenaires, associations féministes et sur les réseaux sociaux, renforcera la plainte.
Enfin, rappelons que le gouvernement a mis en place une plateforme pour signaler les contenus et comportements illicites sur Internet.

 

Retrouvez toute l’actualité sur les Droits des Femmes et des Familles grâce à la Veille de la Direction Générale de la Cohésion Sociale des Alpes de Haute Provence ICI

 

A la Une de la veille de l’Actualité du 13.03.2018 par la DGCS des Alpes de Haute Provence – Service des Droits des Femmes et de l’Égalité entre les Femmes et les Hommes  : À l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, un comité interministériel pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes s’est réuni le 8 mars pour présenter les mesures phares de la stratégie gouvernementale.

Ces annonces avaient été précédées le 7 mars par une communication en Conseil des ministres. Les mesures présentées sont largement inspirées par les idées qui ont émergé au cours du Tour de France de l’Egalité, la consultation territoriale qui s’est déroulée d’octobre à mars, une première du genre qui, avec 824 ateliers départementaux organisés avec au total plus de 55 000 participants dont 70 % de femmes et 30 % d’hommes, constitue la plus grande consultation citoyenne nationale jamais organisée sur le thème de l’égalité entre les femmes et les hommes, thème décrété grande cause du quinquennat. Marlène SCHIAPPA, secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes a invité le 6 mars, élus, parlementaires, partenaires institutionnels et associatifs, pour l’événement de clôture du Tour de France de l’Egalité. Entourée de Jean-Michel BLANQUER, ministre de l’Éducation nationale, Laura FLESSEL, ministre des Sports et Geneviève DARRIEUSSECQ, secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées, elle a fait un retour sur les contributions et propositions qui ont émergées de cette grande consultation territoriale.

La stratégie gouvernementale sera déclinée en quatre axes avec dix mesures phares annoncées : « Transmettre et diffuser la culture de l’égalité » ; « Agir pour l’égalité professionnelle tout au long de la vie » ; « Faire vivre l’égalité au quotidien en garantissant l’accès aux droits » ; « Un service public exemplaire en France et à l’international ». L’objectif est de transmettre et de diffuser la culture de l’égalité, d’agir pour l’égalité professionnelle tout au long de la vie, de faire vivre l’égalité au quotidien en favorisant l’accès aux droits. Ainsi à l’école, au travail, dans les services publics, dans les transports, dans les médias, dans les rues, dans nos loisirs, sur Internet… le Gouvernement est décidé à agir partout où la vie des femmes doit changer. Par ailleurs, le 7 mars, le Premier ministre, la ministre du Travail et la secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes ont réuni les partenaires sociaux pour leur présenter des mesures clefs en faveur de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes et la lutte contre les violences sexuelles et sexistes au travail. Le lendemain, 8 mars, Marlène SCHIAPPA a annoncé la conclusion d’un partenariat avec le Forum Economique Mondial et la création d’une « Task Force » en faveur de l’égalité professionnelle, à travers une plateforme public/privé dont elle assurera la présidence. Elle sera co-présidée par Bruno LE MAIRE, ministre de l’Economie et des Finances et deux acteurs du secteur privé. Le Forum Economique Mondial rédigera un rapport indépendant sur les inégalités entre les femmes et les hommes en France, qui devra être remis avant l’été 2018. S’appuyant également sur les actions menées dans les différents pays ayant déjà fait l’expérience de ce programme, il fournira des recommandations en matière de bonnes pratiques à mettre en oeuvre, qui formeront l’ossature d’un plan d’action triennal recouvrant l’ensemble des champs de l’égalité professionnelle et ouvert à toutes les entreprises volontaires.

Alors que dans toute la France le réseau du Service des droits des femmes et de l’égalité animait des évènements, le 8 mars, Marlène SCHIAPPA, s’est rendu au centre d’appel du 3919, en compagnie de Maëva COUCKE, Miss France 2018, comme évoqué lors de leur entretien du 21 décembre dernier. Elles y ont rencontré les équipes et les écoutantes et visité la plateforme. Le 3919, numéro d’écoute national destiné aux femmes victimes de violences, à leur entourage et aux professionnels concernés, est géré par la Fédération nationale solidarité femmes et soutenu par le secrétariat d’État. Signalons que le 5 mars, la ministre avait salué les actions lancées par la région Île-de-France, sous l’impulsion de Valérie PECRESSE, Présidente de la Région. « Ces actions viennent compléter efficacement l’action menée par le Gouvernement », a-t-elle souligné. « Les collectivités qui ont la compétence transports ont un rôle majeur à jouer dans l’abaissement du seuil de tolérance de la société au harcèlement de rue en général et dans les transports en particulier, objectif que nous devons atteindre collectivement. » . Gérard COLLOMB, ministre de l’Intérieur, et Marlène SCHIAPPA avaient annoncé que les transports seraient des points de déploiement importants des forces de l’ordre pour la verbalisation des outrages sexistes et sexuels. On relèvera à ce sujet plusieurs annonces faites dans les médias relatives au projet de loi contre les violences sexuelles et sexistes qui devrait être présenté par Marlène SCHIAPPA en Conseil des ministres le mercredi 21 mars prochain. Le gouvernement entend définir un « outrage sexiste », passible d’une amende de 90 à 350 euros, d’allonger le délai de prescription pour les viols sur mineurs, de 20 ans actuellement à 30 ans, de fixer l’âge de 15 ans comme seuil de non-consentement à une relation sexuelle avec un majeur et de punir le cyber-harcèlement.

Le mouvement intitié par le président de la République touche l’ensemble des ministères qui ont mis en ligne sur leur site des informations relatives au comité interministériel et aux mesures annoncées. Signalons par exemple la sixième édition du rapport « Observatoire de l’égalité entre les femmes et les hommes dans la culture et la communication », ce rapport offre une photographie chiffrée de la part des hommes et des femmes dans les activités et les professions de la culture et communication. Établi avec l’étroite collaboration des services d’administration centrale, des établissements sous tutelle du ministère et des organismes de gestion collective des droits d’auteur et des droits professionnels, il couvre l’ensemble du champ de la culture en termes de professions et de secteurs culturels. Enfin, alors que Marlène SCHIAPPA était à New-York à la tête de la délégation française à la 62e session de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies (lire page suivante), le ministère des Affaires étrangères a lancé la 3e Stratégie internationale pour l’égalité entre les femmes et les hommes (2018-2022), un outil de pilotage conçu pour coordonner les actions dans les cinq prochaines années et améliorer la situation des femmes partout dans le monde. Présente durant trois jours à New-York, Marlène SCHIAPPA a participé à de nombreuses réunions et rencontres en particulier avec le secrétaire général de l’ONU, Antonio GUTERRES, la vice-secrétaire générale, Amina J. MOHAMMED, ou plusieurs de ses homologues d’autres pays. « Nous sommes venus à l’ONU pour représenter une diplomatie féministe » et « défendre la place des femmes partout dans le monde », a notamment déclaré Marlène SCHIAPPA.

 

Retrouvez toute l’actualité de ce 13.03.18 par ici

 

Voici un article du journal La Provence qui met en avant la collaboration entre les forces de Gendarmerie et l’association du Centre de Défenses des Droits des Femmes et des Familles des Alpes de Haute Provence, pour lutter toujours plus efficacement contre les violences familiales.

 

Collaboration entre les services de gendarmerie et le CIDFF pour lutter le plus efficacement contre les violences familiales.

On en parle dans la Presse. L’article « Gérer le temps dans son entreprise » du 14 Février 2018, met en avant la formation proposée par le CIDFF des Alpes de Haute Provence et la plateforme Initiative Alpes du Sud.

Lisez l’article en entier

Article de la Provence du 14 février 2018 sur la formation du CIDFF04 et de Initiative Alpes du Sud.

A la Une de l’Actualité sur les Droits des Femmes et des Familles du 28.02.2018, veille par la DGCS et le CIDFF des Alpes de Haute Provence.

« Depuis début octobre, le Tour de France de l’Égalité entre les femmes et les hommes se déroule dans les 18 régions de métropole et d’Outre-mer, donnant l’opportunité à chaque citoyenne et chaque citoyen de s’exprimer librement sur la manière dont elle et il appréhende la question de l’égalité entre les femmes et les hommes, sur leurs attentes et sur leurs propositions pour la faire progresser. Plus de 820 ateliers ont été organisés, réunissant plus de 55 000 personnes en métropole, en Outre-Mer et même dans une quinzaine d’ambassades françaises. Partout, au-delà des réseaux associatifs et institutionnels, des femmes et des hommes, collégiens, salariés, demandeurs d’emploi, retraités se sont exprimés pour témoigner et raconter ce qu’ils et elles vivent, pensent, font et attendent en matière d’égalité entre les femmes et les hommes. Une consultation massive dans toute la France mais aussi sur les réseaux sociaux et sur internet. Plus de 24 000 personnes ont répondu au sondage lancé sur Facebook (dont la moitié de jeunes entre 18 et 25 ans) et plus de 11 millions d’internautes se sont informés sur le Tour de France via Twitter. Les préoccupations et les attentes exprimées ont permis d’identifier des propositions concrètes et opérationnelles, à mettre en œuvre d’ici 2022 dans le cadre de la « grande cause du quinquennat », annoncée par le président de la République. Elles répondent à cinq expressions qui ont animées tous les débats et reflètent le parcours de chacun et chacune : l’éducation, la vie quotidienne, l’emploi, le respect des droits et l’engagement des pouvoirs publics, à tous les niveaux, pour montrer l’exemple. L’objectif à atteindre est simple et clair : faire concrètement progresser l’égalité entre les femmes et les hommes ces cinq prochaines années. Le Tour de France de l’Égalité fondera les priorités d’action auxquelles seront associés tous les ministères, sur la durée du quinquennat, dans le cadre de la Grande cause nationale. Le jeudi 8 mars, se tiendra un comité interministériel aux droits des femmes et à l’égalité entre les femmes et les hommes. Il prendra des décisions qui engageront l’ensemble des départements ministériels. L’après-midi, le président de la République, Emmanuel MACRON, effectuera un déplacement sur ce thème accompagné de Marlène SCHIAPPA. »

Retrouvez toute l’actualité sur les Droits des Femmes et des Familles  ici

A l’occasion de la journée du 8 Mars, les CIDFF PACA organisent et participent à plusieurs manifestations en Région.

Voici une sélection des événements programmés :

BOUCHES-DU-RHÔNE / 8 – 27 mars / PAYS D’ARLES / 9ème édition de « Femmes en mouvement », un mois de rencontres, conférences et d’événements culturels autour des droits des femmes, organisé par la ville d’Arles avec le CIDFF et d’autres partenaires locaux.

VAR / 7 mars / SEYNE SUR MER / Atelier débat animé par les juristes du CIDFF pour les 11-15 ans sur l’égalité femmes-hommes, la lutte contre les stéréotypes, les discriminations sexistes et la prévention de la violence à l’Avenue Jules Renard de 14h30 à 16h30.

ALPES DE HAUTE-PROVENCE / 8 mars / DIGNE-LES-BAINS / Atelier relooking et job dating dans le cadre d’un partenariat avec l’entreprise temporaire de travail d’insertion ID’EES Interim à Manosque.

HAUTES-ALPES / 8 mars / GAP / Concert organisé par le Cabaret Pop et le CIDFF regroupant de nombreuses artistes à partir de 19h30.

VAUCLUSE / 15 mars / AVIGNON / Stand d’information et animations autour de l’emploi des femmes du CIDFF de 8h30 à 17h  à la Maison pour tous – quartier Champfleury.

ALPES-MARITIMES / 8 mars / NICE / Intervention lors de la présentation et la signature du schéma départemental partagé de lutte contre toutes les violences faites aux femmes.

BOUCHES-DU-RHÔNE / 8 mars / MARSEILLE/ Intervention sur les droits des femmes et le sexisme à la Maison des familles du Merlan 

Retrouvez tout l’agenda sur le site web du CIDFF PACA