Le 7 mars dernier, le Premier ministre, la ministre du Travail et la secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes réunissaient les partenaires sociaux pour échanger sur les mesures clefs en faveur de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Le 9 mai, Muriel PENICAUD, ministre du Travail, et Marlène SCHIAPPA, secrétaire d’État à l’égalité entre les femmes et les hommes, ont présenté 15 actions pour en finir avec les écarts de salaires injustifiés (9 % au niveau national) et lutter contre les violences sexistes et sexuelles. Les actions qui nécessitent des mesures législatives seront reprises dans le cadre de la loi pour « la liberté de choisir son avenir professionnel ». Un dépliant en ligne présente les mesures : par exemples appliquer enfin le principe « à travail égal, salaire égal », fixer une obligation de transparence, développer le droit à la formation et rendre compte de son action ; multiplier par quatre les contrôles et interventions de l’inspection du travail, etc. Les deux ministres ont également présenté 5 actions pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles comme par exemples former les inspecteurs du travail de façon systématique pour détecter les violences et apporter des réponses adéquates, ou soutenir les associations œuvrant en faveur de l’accompagnement des victimes. Retrouver les actions en ligne sur le site du ministère du Travail.

 

Retrouvez toute l’Actualité sur les Droits des Femmes et des Familles du 11.05.2018 grâce à la Veille de la DGCS Service des Droits des Femmes et de l’égalité entre les Femmes et les Hommes des Alpes des Hautes Provence.

« Dans la perspective de la prochaine réforme de la formation professionnelle et de l’apprentissage, Marlène SCHIAPPA, secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, a confié à Catherine SMADJA une mission sur les enjeux de l’égalité entre les femmes et les hommes dans ce domaine. L’étude menée durant six mois a conduit à la formulation de 36 recommandations visant à combattre les inégalités dans l’accès aux formations qualifiantes et à « Faire d’un système rénové de formation professionnelle un outil majeur d’égalité au travail entre les femmes et les hommes ». Une attention particulière a été portée au secteur du numérique et aux métiers de l’innovation, où la place des femmes doit résolument progresser. Ce rapport, élaboré dans le cadre des travaux menés par le Conseil supérieur de l’Égalité professionnelle (CSEP), a été remis à Marlène SCHIAPPA le 20 février, en présence de Brigitte GRÉSY, secrétaire générale du CSEP. Dans son discours la ministre a rappelé que l’offre de formations qualifiantes prend moins en compte les métiers occupés majoritairement par des femmes et que les 32 milliards d’euros de la formation professionnelle ne bénéficient pas autant aux femmes qu’aux hommes. « Nous allons changer cela », a-t-elle martelé sur Twitter. Elle a également annoncé que le gouvernement lancera une campagne de communication sur la formation professionnelle en direction des femmes. »

DGCS – Service des droits des Femmes et de l’égalité entre les Femmes et les Hommes des Alpes de Haute Provence.

 

Retrouvez toute l’actualité sur les Droits des Femmes et des Familles de ce 20.02.2018 en cliquant ici

 

Au cœur du pacte social et républicain, l’égalité entre les femmes et les hommes a
été consacrée « Grande cause nationale » par le président de la République pour la
durée du quinquennat. Le Premier ministre et la secrétaire d’État chargée de l’égalité
entre les femmes et les hommes ont lancé, ce mercredi 04 Octobre, le Tour de France de
l’Égalité Homme/Femme, qui permettra de mobiliser autour d’ateliers menés sur tout le territoire
l’ensemble des actrices et des acteurs de la société autour de deux objectifs
principaux : faire progresser l’égalité des droits et assurer l’égalité dans les faits.

Pour plus d’informations : la plaquette

CHEFFE…TOUT ROULE !

Chef ?…Cheffe ! Elles dirigent, prennent des risques et sont ambitieuses !

Pourtant, seulement 30% des créations ou reprises d’entreprise le sont par des femmes.

Alors où est le problème ?

 

Dans nos territoires ruraux les petites entreprises agricoles, artisanales ou de services sont actuellement créatrices d’emploi, d’activités et surtout d’autonomie professionnelle.

Cependant, les problèmes, lorsque l’on est née de sexe féminin, s’appellent panier à linge, aspirateur, repas, enfants…bataille entre vie privée et professionnelle en somme.

Non, pas en 2015 me direz-vous !

C’est pourtant bel et bien 80% des tâches domestiques et soins aux enfants qui sont encore de nos jours effectués par les femmes.

Rien d’étonnant à ce qu’elles se posent deux fois la question avant d’investir et de s’investir à leur propre compte… jouer l’équilibriste n’est guère confortable et peut s’avérer dangereux pour la pérennité de l’activité.

Dans une volonté d’égalité réelle entre les femmes et les hommes, le CIDFF 04 propose des journées de formation à destination des créatrices et porteuses de projet pour zoomer sur leur organisation personnelle et professionnelle…. et se simplifier la vie !

La prochaine aura lieu le 07 avril 2015 sur le territoire de FORCALQUIER en partenariat avec Accès Conseil et la Communauté de Communes de FORCALQUIER.

Ces moments de partages et de liens font émerger des solutions pertinentes au regard de chaque situation, pour chaque personnalité, parce que chacune est experte de sa propre vie !

Pour tout renseignement : contacter le 04 92 36 08 48 ou egalite@cidff04.org